Cinéma

Dunkerque : Une Bombe Filmique

on
26 juillet 2017

Bruyant, brutal et puissant, le nouveau-né de Christopher Nolan (Memento, Inception, La trilogie Batman) ne laissera personne indifférent. L’habitué de la science-fiction et du fantastique a concocté une recette décapante qui convint et séduit par son intensité constante et sa qualité notable.

Nous sommes en 1940, sur les plages de Dunkerque. Alors que la guerre bat son plein depuis déjà des mois, les soldats alliés Français et Anglais sont acculés par l’ennemi sur les rives. Apeurés et transis de froid, ils sont dans l’attente d’un miracle qui pourrait les sauver. Tel est le speech de départ de Dunkerque axé sur l’opération Dynamo, un des épisodes les plus marquants de cette période.

Crédit : Dunkerque

Le tragique évènement est vécu sous différentes perspectives du corps expéditionnaire britannique, en l’occurrence celle d’un simple fantassin (Fionn Whitehead), d’un pilote d’avion (Tom Hardy) et d’un rescapé traumatisé (Cillian Murphy). Piégés dans cet enfer glacial, les soldats se font tour à tour brutaux, fragiles, humanistes et impitoyables. La peur se lit sur leurs visages alors qu’ils luttent contre un ennemi ubiquiste mais surtout contre leur propre mort.

Tout comme Tarantino l’avait fait avec Les 8 Salopards auparavant, Nolan s’est risqué au tournage en 70 mm Imax et Super Panavision 65 pour un meilleur rendu. Le film en ressort encore plus poignant. L’esthétique est léché, l’imagerie peaufinée et le cadrage intimiste afin d’amplifier à l’extrême cette sensation de survie et de dernière chance. L’ensemble des scènes d’actions est un exemple saisissant de rigueur, de sobriété allié à un véritable sens du spectacle. On retiendra en particulier les scènes aériennes qui à elles seules en valent le détour.

Crédit : Dunkerque

Bien loin d’être un de ses énièmes films historiques sans grande ampleur, Dunkerque est un bouleversant survival donnant un tragique et trépidant aperçu de la Seconde Guerre mondial. Le film s’étire sur 107 minutes où cliquetis permanents et bruits assourdissant s’entremêlent aux sons des armes et explosions. Les acteurs taiseux sont avares de toutes répliques superflues pouvant s’avérer néfastes au scénario. L’essentiel étant clairement la mise en scène sur laquelle Nolan a mis un point d’honneur.

Il est impossible de nier les talents du réalisateur à la vue de cet éloquent long-métrage. Le sujet, porté par un casting exclusivement masculin à le mérite d’être traité avec beaucoup de pertinence et de véracité. Grâce à des choix judicieux, une bande-son signée Hans Zimmer et des acteurs investis, Dunkerque s’impose comme une des grosses surprises de cette année 2017. Quant à Nolan, il en profite pour réaffirmer son statut de visionnaire incontournable de ce siècle.

TAGS

LEAVE A COMMENT

Elodie Cure
FRANCE

Blogueuse et Chroniqueuse spécialisée dans le domaine du cinéma et des séries.

News
Twitter Widget