Cinéma

Le Roi Lion : Hakuna Matata ?

on
21 juillet 2019

Après quelques mois d’absence, je reprends enfin la plume pour vous parler d’un film qui ne laissera surement personne indifférent : le live-action du Roi Lion sortie mercredi dernier. Avec ce projet, Disney fait le pari lourd de reprendre un de ses classiques les plus adulés du public : réussite ou erreur ? Voyons ensemble ce qu’il en résulte.

En 1994, les enfants (et grands enfants) que nous étions découvraient au cinéma un véritable chef d’œuvre chapeauté par le studio aux grandes oreilles. Dans un tour de montagne russe émotionnelle, nous assistions à l’histoire incroyable de Simba, un jeune lionceau promis au titre de roi de la savane. À cette époque, nous étions bien loin de nous douter que 25 ans plus tard, Disney enlèverait à cette histoire toute sa magie dans un film au graphisme délicieux mais dénué de toute âme.

Roi Lion 2019 – Crédits : Disney

Si les frissons demeurent grâce à quelques scènes restées quasiment intactes et à l’incomparable musique du maestro Hans Zimmer, le parti pris réaliste de cette reprise fait perdre de la puissance et de la poésie au récit original. Alors que la photographie unique, digne d’un documentaire animalier, repousse les limites de tout ce qui a été vu et fait auparavant, on peut reprocher à ce projet dirigé par Jon Favreau une grande pauvreté créative. On découvre sans grande surprise un remake plan par plan de la version de 1994, à laquelle a été ajouté une plâtrée de scènes dispensables agrémentées d’un peu d’humour lourdingue.

En misant tout sur la technologie CGI qui témoigne certes, d’une avancée cinématographique notable, Disney commet une erreur colossale de laquelle découle de nombreux problèmes structurels : absence d’émotion, écrasement de la tension et annihilation totale de toute inspiration propre. Il manque indéniablement ce petit quelque chose d’irrésistible dont Disney possédait la recette jadis.

Roi Lion 2019 – Crédits : Disney

S’entêtant dans leur politique purement mercantile de live-action universe, les studios Disney proposent cette fois-ci une reprise aussi creuse qu’inutile malgré un casting américain 5 étoiles (James Earl Jones, Beyoncé, Seth Rogen, Chiwetel Ejiofor). Si les fans de la première heure ne verront pas grand intérêt à ce film et ne manqueront pas de se replonger dans le dessin-animé de 1994 afin d’oublier cette mésaventure, les plus jeunes se contenteront peut-être de ce beau safari visuel défiant les limites de l’imagerie filmique.

TAGS

LEAVE A COMMENT

Elodie Cure
FRANCE

Blogueuse et Chroniqueuse spécialisée dans le domaine du cinéma et des séries.

Twitter Widget