Séries

Siren : La Nouvelle Série Freeform Prend l’Eau

on
27 mai 2018

Après avoir trop longuement mis l’accent sur les vampires et les loup garous, l’univers télévisuel s’intéresse enfin à une autre créature légendaire : les sirènes. Tout doit sortie des mythologies anciennes, ces êtres chimériques, mi-humaine mi-poisson, sont réputées pour charmer les navigateurs de leur voix envoûtantes et de leurs corps voluptueux. Cette année, Freeform, anciennement ABC Family, modernise le mythe dans leur nouvelle création pour adultes/ados intitulée Siren.

Ryn (Eline Powell)

Credit : Freeform

Il y des années, la petite ville paisible de Bristol Cove aurait abrité des sirènes. Telle est la légende. Aujourd’hui, alors que le calme règne sur cette bourgade portuaire, celui-ci est mis à rude épreuve à l’arrivée de Ryn, une jeune sirène semant le chaos sur son passage. Elle semble avoir rejoint la terre ferme dans un but précis : retrouver sa sœur kidnappée par un laboratoire scientifique dépendant du gouvernement. Sur son parcours jonché d’embuches, Ryn se lie d’amitié pour deux océanologues, Ben et Maddie, enclin à l’aider dans sa croisade.

Mis en scène dans un univers horrifique crée de toutes pièces pour accueillir ces chimères sous-marine, la série Siren part d’un postulat prometteur aux résonances d’un possible conflit ravageur entre deux mondes. Malheureusement, le spectateur revient bien vite à la réalité. Si le pilote intriguait par son atmosphère sombre et angoissant, le reste de la première saison a du mal à trouver du souffle et s’avère gravement bancal, pompeux et maladroit.

Ryn (Eline Powell), Siren

Credit : Freeform

Le scénario ô combien prévisible traduit le manque flagrant d’inspiration des scénaristes. L’arc narratif cousu de fil blanc vient s’embourber dans un déluge de bons sentiments niaiseux à souhait. Tout sonne faux du début jusqu’à la fin, notamment dans le final poussif diffusé jeudi dernier. À renfort de séquences d’actions brouillonnes par-ci, d’effets spéciaux bas de gamme par-là, le dernier épisode coule ce premier chapitre.

Coté personnages, rien ne tient la route non plus. À l’exception de la déroutante et fascinante Ryn jouée par Eline Powell aperçue dans Game of Thrones, l’ensemble des protagonistes secondaires est mis sur le carreau. Le spectateur assiste impuissant à une litanie de clichés grossiers et à un usage outrancier de stéréotypes qui donnent le coup de grâce.

À bien des égards, la série copie le schéma des teen show classiques se noyant dans un contenu peu travaillé ni même maitrisé dans la même veine que Vampire Diaries ou The Originals.

Ryn et Bem (Eline Powell et Alex Roe), Siren

Credit : Freeform

La série Siren, qui de prime abord semblait ambitieuse et singulière se prend lourdement les pieds dans le tapis dès le second épisode. Le problème, c’est que le show s’éloigne trop rapidement du mythe des prédatrices enjôleuses et dangereuses pour se ranger du côté de la gentille et mièvre Ariel de Disney avec un scénario plan-plan et une prise de risques zéro. Le nouveau show de Freeform transpire la naïveté et le bon sentiment mielleux pour s’enterrer avec un épisode lisse et plat sans un réel twist. Navrant !

Et pourtant, une seconde saison a déjà été annoncée… Nous sommes en droit de nous demander ce que nous réserve la suite après un lancement autant bâclé…

TAGS

LEAVE A COMMENT

Elodie Cure
FRANCE

Blogueuse et Chroniqueuse spécialisée dans le domaine du cinéma et des séries.

News
Twitter Widget