Séries

The Path, l’Expression d’Une Religion

on
27 avril 2016

“Confiez-vous et vous serez délivré de ce poids” promet Cal à l’une des recrues dans la nouvelle série originale Hulu, The Path. Il ajoute ensuite : “Vivez dans la lumière”, parce que oui, c’est bien à cela que se résume le Meyerisme: atteindre une sorte de nirvana en se confessant et restant vrai avec soi-même.

Diffusé pour la première fois le 30 mars, la série a présenté son cinquième épisode mercredi dernier. Crée par Jessica Goldberg (Refuge, Parenthood), The Path dépeint les rouages d’une secte et la vie de ses adeptes. Avec un sujet original auquel s’ajoute un prodigieux casting, la série à de quoi allécher les sériphiles.

1

Imaginé de toutes pièces pour les besoins de la série, le mouvement Meyerist est une référence évidente à la Scientologie. Le culte s’est créé autour de la métaphore de l’échelle que l’on gravit pour atteindre l’épanouissement personnel. Alors que pour certains le Meyerisme est la promesse de la lumière et de plénitude, pour d’autres c’est le symbole d’une existence de reclus où il est interdit de douter et dans laquelle tout individu doit se justifier pour tous ses faits et gestes.

Dans ce nouveau drame, l’impact du Meyerisme est perçu au travers de personnages différents d’âges et de passés. Dans le premier épisode, c’est sous le regard de la jeune Mary, prostituée par son père depuis des années que nous le découvrons. Elle est secourue par des membres du Meyerisme et pénètre dans la communauté où les trois protagonistes principaux nous sont très vite présenté : Cal, Eddie and Sarah.

Cal est un porte-parole influent, un pilier de la religion qui tire parti de sa notoriété et cherche à insuffler sa foi, à endoctriner les nouveaux membres. Désigné comme “l’élu”, Cal est un personnage complexe et ambigu, une combinaison de charme et de brutalité déployée à la perfection par l’acteur Hugh Dancy (Hannibal, Confessions of a Shopaholic). Personnage imprévisible, il n’a pas fini de nous surprendre.

2bis

Face à ce personnage charismatique, Eddie qui a rejoint le mouvement après avoir perdu son frère. Enclin à présent à une forte crise de foi, déchiré entre ses ressentis et son amour pour sa femme il remet en cause l’intégrité de la religion. Comme suggéré sur l’affiche promotionnelle de la série, il est le seul des trois protagonistes à ne pas être aveuglé par le mouvement (il a les yeux ouverts). Ce show est un nouveau chemin de croix pour le jeune Aaron Paul, bien connu pour son interpretation de l’inoubliable Jesse Pinkman dans Breaking Bad. Mais Aaron a évolué, il a mis de coté son petit manuel de chimiste pour devenir un membre exclusif du Meyerisme, un père de famille et un mari. Seulement voilà, après avoir campé un rôle pendant cinq ans consécutif, l’acteur à du mal à s’éloigner des mimiques de Pinkman, ce qui est plutôt gênant sur certaines scènes.

Au centre de ce tandem purement masculine se trouve Sarah, la femme d’Eddie, incarnée par Michelle Monaghan (The best of Me, Mission Impossible III). Née dans une famille Meyeriste, la compassion et la dévotion de Sarah ont vite fait d’elle une figure importante du mouvement. Cependant, le peu de scènes à l’écran lui est préjudiciable, son personnage étant perdu, éffacé par les deux autres rôles principaux. Espérons que cela changera dans cette seconde partie de saison.

3

Entre méditations enthousiastes et confessions, The Path hypnotise et enivre malgré sa lenteur. Néanmoins, un nouveau rythme inattendu s’empare de la saison à partir de l’épisode 5 avec notamment un intense face à face entre Cal et Eddie.

Présenter un mouvement religieux sous tous ses angles est une tâche ardue et risquée pouvant être très vite mal interprété. Dans The Path, le sujet à le mérite d’être traité avec rigueur et intelligence. Il en ressort une série très appreciable au casting puissant qui ouvre une réflexion intéressante sur les principes de croyance et de réalité dans un groupe de croyants cabalistes.

The Path est une série prometteuse et originale, qui doit se méfier de ne pas tomber dans le banal et l’ennui.

TAGS

LEAVE A COMMENT

Elodie Cure
FRANCE

Blogueuse et Chroniqueuse spécialisée dans le domaine du cinéma et des séries.

News
Twitter Widget